Les Jeux Paralympiques

Une des nouveautés au programme des Jeux Olympiques de 2016, le paratriathlon enregistre le même succès que le sport conventionnel, lequel figure au programme olympique depuis les Jeux de Sydney en 2000. Depuis la réalisation du premier championnat mondial, qui a débuté le 6 août 1989 en Avignon (France), le sport ne fait que gagner en participation dans le monde entier.

Le parcours est composé de 750 mètres de natation, 20 km à vélo et de 5 km de course à pieds, dans une distance connue comme Sprint Triathlon. À l’instar du Triathlon conventionnel, les temps de transition entre la natation, le cyclisme et la course sont comptabilisés dans le temps total de l´épreuve. La victoire revient à l´athlète qui réalise l´épreuve dans le temps le plus court.

Les participants sont des athlètes avec différents types de handicap : utilisateurs de fauteuil roulant, amputés, handicapés visuels. Ils sont classés en catégories selon la nature de leurs déficiences et peuvent utiliser des équipements adaptés pour les aider à se déplacer – par exemple, les athlètes paraplégiques peuvent utiliser un vélo à main à l’épreuve de cyclisme et un fauteuil roulant à l’épreuve de course.

Les cinq classes de paratriathlon sont définies par l'Union internationale de triathlon (ITU, en anglais), à travers un système de score spécifique, et reconnues par le sigle PT. La classe PT1 inclut tous les athlètes en fauteuil roulant. Dans cette classe, sont utilisés la handbike pour le cyclisme et un fauteuil roulant spécial pour la course. Pour s'inscrire dans cette catégorie, les athlètes doivent avoir un score de jusqu’à 640 points.

Les classes PT2, PT3 et PT4 sont celles des athlètes ayant un handicap compromettant leurs membres, de l’hypertonie, de l’ataxie et/ ou de l’athétose, une déficience de la force musculaire et une réduction de l'amplitude des mouvements. Dans ces classes, les participants amputés peuvent utiliser des prothèses ou d'autres dispositifs de support. Les athlètes ayant jusqu'à 454,9 points tombent dans la classe PT2, tandis que les athlètes ayant entre 455 et 494,9 points appartiennent à la classe PT3, et la classe PT4 est composée par les athlètes qui obtiennent un score entre 495 et 557 dans l'évaluation de la classification.

La classe PT5 comprend les athlètes ayant un handicap visuel et est subdivisée en B1, B2 et B3, en fonction de la capacité visuelle de chaque athlète. Un guide de même nationalité et sexe est obligatoire pendant toute l’épreuve. Dans cette catégorie, les athlètes et leurs guides doivent monter sur un vélo tandem pour l’épreuve de cyclisme.