Les Jeux Paralympiques

Discipline la plus récente du cyclisme paralympique, la course sur piste a eu ses débuts seulement lors des Jeux de 1996, à Atlanta. Tout comme la compétition olympique, elle est divisée en épreuves contre la montre, de poursuite et de vitesse.

Le tandem, à deux places, est l’un des types de bicyclettes utilisées par les athlètes déficients visuels ou malvoyants, identifiés par la lettre B (de l’anglais blind ou aveugle en anglais). Tout comme lors des épreuves d’athlétisme, il y a un athlète guide qui, dans le cas du cyclisme, s’appelle pilote et s’assoit sur le siège avant.

En plus des athlètes déficients visuels, les athlètes amputés participent également aux courses sur piste, divisés en cinq classes. L’adaptation des bicyclettes peut varier depuis la façon de freiner ou des changer les vitesses, jusqu’aux prothèses et aux orthèses pour la compétition – comme celles que l’on utilise pour tenir le guidon. Ces classifications sont identifiées par la lettre C.

Le format de la compétition change selon l’événement mais la dynamique des épreuves est similaire à celle des épreuves olympiques sur piste – le cyclisme paralympique est aussi régit par des règles créées par l’Union Cycliste Internationale (UCI) mais le Comité Paralympique International (IPC en anglais) est responsable pour l’organisation.