Les Jeux Olympiques

Le dressage, une des disciplines des sports équestres, date de la Grèce antique, où les chevaux capables de se mouvoir avec naturalité et discipline étaient fort appréciés. D’autres registres historiques indiquent que l’origine du dressage se trouve dans le besoin de préparer les montures à la guerre – ce qui se faisait, jusqu’alors, de façon peu harmonieuse, à force d’éperons et de fatigue physique.

L´art de monter des chevaux obéissants réapparaît à la Renaissance. Rois et nobles montent alors des chevaux extrêmement bien dressés, qui obéissent promptement aux commandes du cavalier et qui suscitent l’admiration.

En 1532, l´Italien Federico Grisone fonde à Naples une école d´équitation dont le concept se propage en Europe pendant les siècles suivants. Également renommée est l´École d´équitation espagnole de Vienne, créée en 1729 et considérée une référence en matière de dressage jusqu’à nos jours.

Les sports équestres sont présents aux Jeux depuis l´édition de 1900 à Paris, mais le dressage n’y fait son entrée qu’en 1912 à Stockholm. Depuis lors, le sport fait définitivement partie du programme olympique. L´épreuve par équipes n’est disputée qu´à partir de 1928 à Amsterdam.

L’épreuve sert à évaluer l’évolution du couple formé par le cavalier et sa monture ainsi que la capacité du cheval à répondre aux ordres reçus et à exécuter des figures spécifiques. La compétition se déroule sur un terrain plat et rectangulaire, de 60m x 20m.

La performance de chaque ensemble est évaluée par sept juges, et le principal critère d’évaluation est la soumission de la monture au cavalier – même le port de tête du cheval est pris en compte. Le vainqueur est celui qui obtient le meilleur score, avec des notes entre zéro et dix. Pendant la présentation, le cavalier ne peut émettre aucun son.

Les erreurs de parcours sont signalées par une cloche, et le nombre de points perdus est proportionnel au nombre de fautes. Ainsi, une première faute est pénalisée par deux points, une deuxième par quatre, et ainsi de suite.

La compétition de dressage se décompose en épreuves individuelles et par équipes, formées de trois cavaliers chacune, qui se déroulent en même temps. La première phase, appelée « Grand Prix », qualifie les sept meilleures équipes et les 11 ensembles n’y appartenant pas.

L’étape suivante, le Grand Prix Spécial, est la phase finale de la compétition par équipes – le podium est défini en additionnant les totaux des deux présentations Dans l’épreuve individuelle, les 18 meilleurs ensembles sont qualifiés au Grand Prix Freestyle.