Les Jeux Olympiques

Le pentathlon original, avec ses épreuves de course, de saut en longueur, de lancer du javelot, de lancer du disque et de lutte, était considéré comme le point fort des Jeux Olympiques. Le vainqueur de cette compétition, acclamé par le public, était désigné « Victor Ludorum », soit « Le Vainqueur des Jeux ».

Idéalisateur des Jeux de l’ère moderne, le baron de Coubertin réintroduit le pentathlon dans la compétition aux Jeux de Stockholm de 1912. Le sport comprend alors des épreuves de tir au pistolet, d’escrime, de natation, d’équitation et de course.

Cette compétition fait toujours partie du programme des Jeux. Le pentathlon est placé sou la responsabilité du Comité International Olympique (CIO) jusqu’à la création de l’Union Internationale de Pentathlon Moderne (UIPM) en 1948.

Le sport est réservé aux hommes jusqu’aux Jeux de Sydney de 2000, qui marquent l’admission des femmes. D’autres changements sont introduits dans le but d’attirer le public : jusqu’en 1980, le pentathlon se déroulait sur cinq journées, avec une épreuve quotidienne. Désormais, toutes les épreuves – l’escrime, la natation, l’équitation et l’épreuve combinée (course et tir) – se jouent en un seul jour.

La compétition est disputée selon un système des points : l’ordre de départ de l’épreuve combinée (course et tir) est établi en fonction de la performance des athlètes aux épreuves précédentes. Le premier à terminer l’épreuve combinée remporte la compétition.

La première épreuve est l’escrime. Tous les participants s’affrontent à l’épée dans des assauts d’une minute au maximum. Une seule touche suffit pour être sacré vainqueur. Si le combat n’est pas décidé en une minute, les deux concurrents enregistrent une défaite. Le nombre de points varie selon le pourcentage de victoires – ceux qui gagnent 70% des assauts accumulent 250 points.

Dans la natation, les concurrents parcourent une distance de 200 mètres en nage libre, placés selon leur meilleur temps au classement mondial du pentathlon moderne. 250 points sont accordés pour un chrono de 2 minutes 30 secondes.
L’épreuve équestre se déroule sur un parcours de 250 à 400 mètres avec 12 obstacles d’une hauteur de 1,20m, dont un double et un triple. Avant l’épreuve, les athlètes participent à un tirage au sort pour savoir avec quel cheval ils vont participer. Les concurrents commencent le parcours avec 300 points et se voient soustraire des points en fonction de leur performance.

Dans l’épreuve combinée de course et de tir, l’athlète ayant obtenu le plus grand nombre de points à l’issue des trois premières épreuves part en premier, et les intervalles de départ sont basés sur la différence de points (départ par handicap). L’épreuve consiste en quatre passages à un stand de tir, où les concurrents doivent toucher cinq fois la cible, et une course de 800 mètres (totalisant 3 200 mètres). 500 points sont accordés pour un chrono de 13 minutes 20 secondes. La compétition est remportée par le premier athlète à franchir la ligne d’arrivée.