Gymnastique artistique

Un des plus anciens sports olympiques, la gymnastique fait partie des Jeux depuis l´Antiquité, quand les épreuves comprenaient des luttes et même des duels de taureaux. Étant donné que les hommes se présentaient entièrement nus, les femmes étaient non seulement interdites de participer aux épreuves, mais aussi d´y assister.

La discipline, utilisée dans le cadre de l´entraînement physique et militaire, prend son essor en Allemagne au XIXe siècle. Des espaces destinées à la pratique de la gymnastique apparaissent sur tout le continent européen et ailleurs – en grande partie en raison de l’interdiction du sport en territoire allemand – et le sport se propage.

De cette façon, deux écoles se développent simultanément : la suédoise, basée sur des exercices libres réalisés en groupe, et l’allemande, qui utilise des agrès. En 1881, la Fédération Internationale de Gymnastique (FIG) est créée et, des années plus tard, le sport intègre le programme des premiers Jeux de l´ère moderne en 1896, dont la participation est réservée aux hommes.

Depuis son entrée au programme olympique en 1896, et tout au long des années 20, la gymnastique artistique a évoluée : les épreuves individuelles par appareil et les épreuves par équipe masculines entrent au programme des Jeux de 1924 à Paris. Les femmes participent dès 1928 à Amsterdam, dans une compétition par équipes. Les épreuves féminines sur appareil font leur entrée en 1952 à Helsinki.

Le programme masculin de gymnastique artistique aux Jeux Olympiques comprend des épreuves au sol, le saut de cheval, les barres fixes, les barres parallèles, le cheval d´arçons et les anneaux. Pour les femmes, les épreuves sont la gymnastique au sol, le saut de cheval, les barres asymétriques et la poutre. Les médailles sont attribuées au vainqueurs du concours individuel, dans lequel chaque participant se présente sur tous les appareils, du concours par équipes et aussi par engin.

La première étape de la compétition est qualificative et tous les gymnastes y participent. A l’issue de cette étape, les huit premiers pays vont en finale par équipe. Chaque équipe est composé de trois gymnsates qui s’affrontent à nouveau sur tous les appareils. La somme finale des points détermine le podium de cette dispute.

Les 24 meilleurs participants de la compétition générale (maximum deux par pays)sont admis à la finale individuelle, dans laquelle les gymnastes se présentent sur tous les appareils. En outre, les huit meilleurs gymnastes participent de la décision par appareil.
Les points sont attribués par neuf juges qui évaluent le degré de difficulté et la qualité des mouvements exécutés dans chaque épreuve. Les points correspondant aux erreurs sont soustraits du score final.