Les Jeux Olympiques

Présent dès 1896 lors de la première édition de l’ère moderne, l’escrime fait partie des 4 sports ayant toujours figuré au programme olympique. L’escrime existe depuis plusieurs siècles – si l'on s'en rapporte à des documents qui indiquent la date de 1190 avant Jésus–Christ, mais le combat avec des épées n´est devenu une pratique sportive qu´au XVe siècle quand les duels étaient sanglants et, parfois, mortels.

Conçu au départ comme une pratique militaire, la transformation de l´art de l’escrime en sport est possible grâce à trois innovations qui ont eu lieu au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle : le fleuret - épée au bout garni d'un bouton, le masque de protection pour le visage et les règles de codifications des zones sur le corps de l´adversaire.

L'Allemagne et l'Italie revendiquent tous deux l'origine de l’escrime moderne, mais on ne sait pas très bien où ce sport est né. Le fleuret et le sabre masculin sont des armes olympiques dès les premiers Jeux Olympiques en 1896. L’épée le devient quatre ans plus tard à Paris. Les compétitions par équipe commencent en 1908 à Londres – toutes exclusivement masculines.

Les femmes ont commencé à disputer les médailles au fleuret en 1924 quand la compétition s´est déroulée de nouveau dans la capitale française. Par contre, les compétitions féminines à l´épée n’ont commencé qu’en 1996 à Atlanta et les épreuves au sabre qu’en 2004 à Athènes. 

Les disciplines portent le nom des armes, dont les règles changent. Les touches sont différentes selon les disciplines ainsi que la surface valable. Avec le fleuret, un point est marqué lorsqu´une touche se fait avec la pointe de l´arme au tronc de l´adversaire. Avec l´épée, on peut toucher avec la pointe tout le corps de l´adversaire.

Par contre, avec le sabre, on peut toucher l’adversaire avec la pointe, le tranchant ou le dos de l’épée, au-dessus de la ceinture. Les compétitions au sabre se font sur une piste métallique de 14 mètres de longueur par 1,5 à 2 mètres de largeur. 

Avec des capteurs spéciaux, les tireurs sont connectés à un système électronique de comptage des points, qui enregistre la validité des touches. Les épreuves individuelles se déroulent en trois temps de trois minutes, ou jusqu´à ce que le tireur arrive à toucher l´adversaire 15 fois. Dans les rencontres par équipes, les trois tireurs de chaque équipe se remplacent à tour de rôle, soit un total de 9 assauts de trois minutes. Le score final à l'issue des 9 assauts détermine le vainqueur, la première équipe à 45 touches ou celle qui a le plus de point à la fin du temps règlementaire remporte la rencontre, soit trois fois le score des épreuves individuelles.